Biologie de la peau

système lymphatique

info dans groupe Glossaire

info articles lies mot

Le système lymphatique est constitué par un réseau de vaisseaux à sens unique permettant le retour de liquide interstitiel vers le sang. Dans la peau, les capillaires lymphatiques naissent par une anse borgne (en cul-de-sac) au sommet des papilles dermiques et suivent le trajet du réseau veineux pour converger et former des canaux collecteurs qui par confluences successives aboutissent aux canaux lymphatiques principaux qui débouchent dans les grosses veines à la base du cou, près de l’oreillette droite.

La structure des capillaires lymphatiques est différente de celles des capillaires sanguins sur plusieurs aspects importants :

  • Les capillaires lymphatiques ont une lumière plus grande (jusqu’à 60um) et plus irrégulière que celle des capillaires sanguins (17-22um).
  • Les cellules endothéliales des capillaires sanguins ont un cytoplasme plus développé que celui des cellules endothéliales des lymphatiques (sauf autour du noyau) : par exemple, au niveau du plexus sous-épidermique, l’épaisseur de la paroi des lymphatiques est de l’ordre de 50-100 nm alors que celle des veinules post-capillaires est de 3.5-5 um.
  • Les cellules endothéliales des capillaires lymphatiques contiennent de nombreux filaments cytoplasmiques orientés longitudinalement, leur conférant une fonction contractile.
  • Les capillaires lymphatiques ne sont pas entourés par une membrane basale ou celle-ci est peu développée.
  • Les capillaires lymphatiques n’ont pas de péricytes
  • Les capillaires lymphatiques présentent une moins grande densité de jonctions serrées et de jonctions adherens.

Les parois des capillaires lymphatiques sont constituées de cellules endothéliales qui se chevauchent légèrement formant des valves dont les bords ne sont pas fixés aux structures tissulaires voisines. Ces valves sont ouvertes sous la pression du liquide interstitiel qui pénètre alors dans les capillaires lymphatiques. En entrant dans ces derniers, le liquide interstitiel prend le nom de lymphe. L’entrée du liquide interstitiel induit une augmentation de la pression dans le vaisseau et déclenche la fermeture des valves empêchant la fuite de la lymphe. L’orifice des valves lymphatiques est beaucoup plus grand que celui des pores des capillaires sanguins et permet le passage de grosses molécules, telles que des protéines plasmatiques qui auraient fui des capillaires sanguins.

La progression de la lymphe dans les vaisseaux lymphatiques est due à plusieurs mécanismes. En premier lieu, il y a des cellules musculaires lisses autour des vaisseaux lymphatiques qui se contractent spontanément quand le vaisseau est distendu par la lymphe. De plus, dans certaines régions du corps, en particulier les membres, la contraction musculaire provoque un écrasement des vaisseaux. Enfin, les canaux lymphatiques sont équipés de valves anti-reflux qui font que la lymphe poussée par les deux mécanismes précédemment cités peut seulement avancer dans une seule direction vers les grosses veines.

2.2 Les fonctions du système lymphatique
(#M Skobe and M Detmar (2000)
Le système lymphatique joue un rôle primordial dans la régulation de la pression du liquide interstitiel. Dans des conditions normales, il sort un peu plus de liquide interstitiel hors des capillaires qu’il n’en ait réabsorbé par ceux-ci. L’excédent de liquide filtré est récupéré par le système lymphatique.

Au cours d’une journée, 50% des protéines circulantes s’échappent des vaisseaux sanguins sans pouvoir être récupérées par ceux-ci. Elles sont recaptées au niveau des vaisseaux lymphatiques. Le système lymphatique permet également de nettoyer la peau des cellules, protéines et produits de dégradation.

Enfin, le système lymphatique joue un rôle dans la défense de l’organisme. La lymphe traverse les ganglions lymphatiques qui sont la zone de prolifération et de différenciation des cellules immunitaires en présence d’un antigène. La lymphe va transporter des antigènes et des cellules présentatrices d’antigène (cellules de Langerhans   et cellules dendritiques dermiques   , par exemple) de la peau jusqu’aux cellules immunitaires du ganglion et participer par cela au déclenchement des réponses immunitaires.

Bibliographie :

M Skobe and M Detmar (2000). Structure, Function, and Molecular Control of the Skin Lymphatic System . Journal of Investigative
Dermatology Symposium Proceedings 5:14-19

Articles

La microcirculation cutanée

samedi 14 mai 2011 par Michel Démarchez

Mots-clés dans le même groupe

Autres groupes de mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1066255

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 12