Biologie de la peau
Accueil > CONSTRUIRE LA PEAU > CONSTRUIRE LA PEAU

CONSTRUIRE LA PEAU

Cette rubrique regroupe les articles portant sur le développement embryonnaire de la peau, la cicatrisation   de la peau, la revascularisation des greffes de peau et sa fabrication « in vitro » et donc sur les cellules souches, les cultures in vitro des cellules de la peau, les kératinocytes  , les cellules de Langerhans  , les mélanocytes  , cellules endothéliales, les fibroblastes  , les fibrocytes   et les cellules musculaires lisses et les cellules nerveuses.

Articles de cette rubrique


Le développement embryonnaire de la peau (Le développement embryonnaire de la peau)

mardi 1er décembre 2015 par Michel Démarchez

La peau est un organe complexe organisé en trois couches, l’épiderme   ( et ses annexes, les follicules pilo-sébacés et les glandes sudorales), le derme  , et l’hypoderme  . Son développement est un processus fascinant qui a été de mieux en mieux compris et a été le sujet de nombreux articles. Vous trouverez ci-dessous un lien avec la thèse de Frédéric Michon en français dont l’introduction vous donnera les clés pour mieux comprendre une sélection d’articles en anglais qui pourra vous aider à découvrir ce domaine de recherche.



La phase de prolifération et de réparation de la cicatrisation cutanée (Régénération et cicatrisation de la peau)

Formation du tissu de granulation et reconstruction d’un néoderme
mardi 29 septembre 2015 par Michel Démarchez

Après fermeture des brèches vasculaires par des clous plaquettaires et de la plaie par la croute lors de la phase vasculaire de la cicatrisation puis nettoyage de la plaie lors de la phase inflammatoire, une nouvelle étape va démarrer pour colmater définitivement la brèche cutanée et réparer le tissu. Cette phase qui débute environ 4 jours après la création de la plaie est dite « phase de prolifération et de réparation ». Elle aboutit à la reconstruction de l’épiderme   au-dessus d’un tissu conjonctif transitoire, lieu de profondes et rapides transformations et dénommé, le tissu de granulation   ; celui-ci sera lui-même remodelé selon un processus assez lent en un néoderme  , lors d’une phase dite de remodelage.

PNG - 54.1 ko


La phase inflammatoire de la cicatrisation cutanée (Régénération et cicatrisation de la peau)

dimanche 4 mai 2014 par Michel Démarchez

Dans un article précédent La phase vasculaire de la cicatrisation cutanée, nous avons vu que suite à une lésion cutanée avec rupture des vaisseaux superficiels, on observe une réaction locale immédiate, l’hémostase  , qui est accompagnée d’une vasoconstriction rapide, et qui a essentiellement pour but l’arrêt du saignement . Le sang qui s’est échappé des vaisseaux endommagés vers le tissu environnant va coaguler et former la croute qui va isoler provisoirement le tissu cutané lésé de l’environnement. Dans l’article qui suit, nous décrivons la phase inflammatoire du processus de cicatrisation   cutanée qui a pour but majeur d’empêcher l’infection, de nettoyer la plaie des débris cellulaires et de préparer la phase de reconstruction.



La phase vasculaire de la cicatrisation cutanée (Régénération et cicatrisation de la peau)

• L’hémostase primaire, la coagulation et la fibrinolyse
samedi 19 avril 2014 par Michel Démarchez

La phase vasculaire est la réponse immédiate de l’organisme lors du processus de cicatrisation d’une plaie cutanée. Elle a essentiellement pour but l’arrêt du saignement également dénommé hémostase. Elle s’accompagne d’une vasoconstriction rapide qui favorise l’hémostase. Le sang qui s’est échappé des vaisseaux lésés vers le tissu endommagé va coaguler et former la croute qui va isoler provisoirement le tissu cutané lésé de l’environnement.



Les cellules souches (Reconstruction « in vitro » de la peau)

mercredi 2 novembre 2011 par Michel Démarchez

Une cellule souche est une cellule présente dans les organismes pluricellulaires qui a pour propriété :

  • de pouvoir s’autorenouveler pour produire d’autres cellules souches
  • de pouvoir se différencier en différent types de cellules spécialisées

Elle peut être totipotente, pluripotente, multipotente ou unipotente. Selon leur origine, on distingue des cellules souches embryonnaires  , foetales, amniotiques, ou adultes. Plus récemment, des cellules différenciées ont été reprogrammées en cellules souches pluripotentes induites   (iPS) ou directement transdifférenciées en des cellules différenciées d’un autre type (= cellule différenciées induites).

JPEG - 69 ko


La revascularisation des greffes de peau humaine (La cicatrisation de la peau humaine transplantée sur la souris nude)

vendredi 29 juillet 2011 par Michel Démarchez

L’origine des cellules endothéliales dans le greffon après la transplantation est depuis longtemps un sujet de débat. Il n’était pas clairement établi si la vascularisation du greffon se réalisait par pénétration de nouveaux vaisseaux en provenance du donneur (néovascularisation), par simple abouchement des vaisseaux de l’hôte avec ceux du transplant (anastomose) , ou par combinaison de ces deux mécanismes.



La cicatrisation de la peau humaine transplantée sur la souris nude suite à une plaie profonde impliquant le derme et l’épiderme (La cicatrisation de la peau humaine transplantée sur la souris nude)

lundi 13 juin 2011 par Michel Démarchez

Dans cet article, nous rapportons les résultats de l’étude que nous avons faite de la cicatrisation   de la peau humaine   transplantée sur la souris « nude », après création d’une plaie dermo-épidermique au centre du greffon. Nous allons voir que la peau humaine transplantée est capable de reconstruire les trois compartiments qui la constituent, c’est à dire l’épiderme  , le derme  , et la jonction dermo-épidermique  . De plus, nous montrerons que l’utilisation des anticorps spécifiques d’espèce a permis de confirmer que la membrane basale située à la jonction dermo-épidermique est produite par les kératinocytes   de l’épiderme mais probablement également par les fibroblastes   du tissu conjonctif sous-jacent. Nous verrons également comment, il a été possible de dissocier clairement deux étapes dans la reconstruction du tissu conjonctif en montrant que le tissu de granulation   est un tissu transitoire produit par des cellules également transitoire, les myofibroblastes, qui ne sont pas des cellules issues du derme environnant non lésé. Le tissu de granulation sera finalement remplacé par un néoderme   humain produit par des cellules humaines issues du derme voisin non lésé. Le modèle de la peau humaine transplantée sur la souris nude apparaît donc comme un excellent modèle pour étudier la cicatrisation de la peau humaine.



Les différents types de peau reconstruite « in vitro » (Reconstruction « in vitro » de la peau)

samedi 8 mai 2010 par Michel Démarchez

Article à écrire. Voir références



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 858128

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site CONSTRUIRE LA PEAU   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 25