Biologie de la peau

La régénération de la jonction dermo-épidermique et du derme de la peau humaine après transplantantation sur la souris « nude »

lundi 13 décembre 2010 par Michel Démarchez

 La jonction dermo-épidermique  

Deux mois après la greffe, la jonction dermo-épidermique de la peau humaine   transplantée montre la même organisation ultrastructurale que celle qui est observée dans une peau humaine normale. Elle peut être divisée en quatre zones qui, depuis l’épiderme   vers le derme  , sont : 1) la membrane plasmique des cellules basales de l’épiderme avec au niveau des kératinocytes   des hémidesmosomes, 2) la lamina lucida, une zone claire aux électrons d’environ 20 à 40 nm d’épaisseur, 3) la lamina densa, une zone dense aux électrons ayant approximativement 30 à 60 nm d’épaisseur,et finalement 4) la région sous la lamina densa avec des filaments d’ancrage, des bobines de microfibrilles et des fibres de collagène  .

Par immunofluorescence indirecte, nous avons détecté une répartition linéaire et continue de collagène de type IV, de laminine, de l’antigène BP repéré par les anticorps d’un antisérum de malades atteints de la pemphigoïde bulleuse. La fibronectine apparaît, par contre, distribuée de façon discontinue. Cette distribution des composants caractéristiques de la jonction dermo-épidermique est identique à celle de la peau humaine normale. Avec les anticorps spécifiques d’espèce, nous avons observé que du collagène de type IV d’origine humaine est linéairement déposé le long de la jonction épidermique de la peau greffée alors que seules les membranes basales des vaisseaux sanguins sont mixtes, contenant comme nous l’avons déjà vu, du collagène de type IV issues des deux espèces, homme et souris.

JPEG - 84.9 ko
On observe un dépot de collagène de type IV humain sous l’épiderme humain et au niveau des vaisseaux sanguins dans le derme greffé. Le collagène de type IV de souris est présent à la jonction dermo-épidermique de la peau de souris et dans les vaisseaux sanguins des deux types de peau. On notera qu’il y a une zone de recouvrement entre les deux types de collagènes au niveau de la JDE sous l’épiderme humain à la jonction entr le deux tissus. On peut émettre l’hypothèse q’à ce niveau le collagène de type IV humain est produit par les kératinocytes humains et celui de souris par des fibroblastes de souris.

Ainsi, il apparaît donc que les constituants principaux de la jonction dermo-épidermique de la peau humaine et leur organisation ultrastructurale sont maintenus après transplantation sur la souris « nude ».

 Le derme

Le derme de la peau humaine adulte est constitué d’une matrice extracellulaire   très abondante qui entoure un petit nombre de cellules, principalement des fibroblastes  . Les filaments intermédiaires du fibroblaste sont constituées de vimentine. Avec un anticorps préparé contre de la vimentine de veau qui, en immunofluorecence indirecte, réagit avec les cellules humaines mais pas avec les cellules de souris, nous avons pu montré que des cellules humaines sont présentes dans le derme de la peau humaine greffée. A l’inverse, des cellules contenant de la vimentine de souris ne sont observées qu’au niveau des vaisseaux sanguins. De même les composants majeurs de la matrice extracellulaire du derme transplanté, tels que les collagènes de type I, III, V, ou VI ou l’élastine   sont également humains (voir figure ci dessous).

JPEG - 159.5 ko
Dans les figures 2, 3, et 4, la peau de souris a été repliée au dessus de la peau humaine avant la coupe. Les zones décorées par les anticorps apparaissent en jaune et l’ensemble du tissu apparait en rouge (contre coloration au bleu Evans ; figs 1, 3, et 4) ou les noyaux des cellules sont colorés en orange par l’iodure de propidium (fig. 2)
On peut noter que seul le derme humain est marqué par les anticorps spécifiques de l’homme dirigés contre la vimentine (fig.1), les fibres élastiques (fig. 2), et le collagène de type I (fig.3) alors que l’anticorps anti-collagène de souris (Fig.4) ne marque que le derme de souris.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 891 / 884439

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LES OUTILS DE RECHERCHE  Suivre la vie du site Les modèles d’étude  Suivre la vie du site La peau humaine transplantée sur la souris nude   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 16