Biologie de la peau

Editorial

Ce site français/anglais n’a pas de visée commerciale et a été créé pour être une base de connaissances sur la biologie de la peau et un outil pour les scientifiques travaillant dans ce domaine.
Le site est ouvert aux contributions extérieures. De jeunes doctorants ont pu ainsi rédiger certains des articles sur la base de leur chapeau de thèse.
Par rapport à un livre, un site Web a l’avantage de pouvoir constamment évoluer et son contenu peut être continuellement amélioré. Plusieurs articles ont besoin d’être complétés ou enrichis et d’autres restent à écrire. Leur rédaction est proposée aux scientifiques qui aimeraient partager leur expertise. Pour cela, il suffit juste de contacter M Démarchez.

Ce site, qui vient récemment de franchir le million de visites, n’existerait pas si le centre de recherche en dermatologie de Sophia Antipolis n’avait pas été créé par L’Oréal et Nestlé à une époque où leurs dirigeants n’avaient pas une vision purement mercantile mais également l’ambition de développer nos connaissances dans le domaine de la biologie de la peau et de la dermatologie. Je me porte donc solidaire des chercheurs du site en cours de fermeture et vous recommande de signer leur pétition :

 

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Les carcinomes basocellulaires

lundi 17 décembre 2012 par Elodie Burty

Les carcinomes basocellulaires (CBC) sont des tumeurs d’origine kératinocytaire. Ils représentent 75% des cancers épidermiques d’origine non mélanocytaire. C’est le cancer le plus fréquent chez l’Homme.



Effets des UV sur l’ADN : lésions et mutations

mercredi 12 décembre 2012 par Emilie Warrick

Les rayonnements ultraviolets (UV  ) sont des rayonnements électromagnétiques dont la longueur d’onde est comprise entre 100 et 400 nm. Le spectre UV est sous‐divisé en 3 régions : les UVA (λ = 320–400 nm), les UVB (λ = 280–320 nm) et les UVC (λ = 100–280 nm). Les UVB et les UVA représentent respectivement 0,3 % et 5,1 % du rayonnement solaire   parvenant à la surface de la Terre, la majorité de ce rayonnement étant composé de lumière visible (62,7%) et d’infrarouges (31,9%) (Sage, 1993). Les UVC et les UVB de courte longueur d’onde (280–295 nm) sont absorbés par la couche d’ozone   de la stratosphère. Toutefois, en raison de la diminution de la couche d’ozone dans certaines régions du globe, la lumière solaire parvenant à la surface de la terre a tendance à s’enrichir en rayonnements UVB et UVC (Lloyd, 1993).

Les UV constituent, d’un point de vue énergétique, la partie la plus active du rayonnement solaire auquel sont soumis les organismes vivants. Ils sont donc responsables de la grande majorité des effets délétères liés à l’exposition solaire. La peau est bien entendu la première cible des rayonnements UV. L’épiderme   atténue la transmission des rayonnements de longueur d’onde < 300 nm, mais laisse passer les rayonnements moins énergétiques (Young et al., 1998). Les UVB sont donc absorbés principalement au niveau de l’épiderme et du derme   superficiel tandis que les UVA pénètrent beaucoup plus profondément dans la peau.



Les lasers en dermatologie

lundi 3 décembre 2012 par Michel Démarchez

Le mot « LASER » est l’acronyme de l’anglais « Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation » (amplification de la lumière par émission stimulée de radiations).



Le rayonnement solaire et la peau : définitions

dimanche 11 novembre 2012 par Michel Démarchez

Le soleil est une des 234 milliards d’étoiles de notre galaxie : la voie lactée et c’est l’étoile autour de laquelle gravite la terre à une distance d’environ 150 millions de kilomètres. Les réactions de fusion nucléaire qui ont lieu au cœur du soleil libère une énergie colossale qui nous parvient 8 minutes plus tard sous la forme du rayonnement solaire  .

JPEG - 117 ko
Composition du rayonnement solaire et son interaction avec la peau


Le vieillissement cutané

Le vieillissement intrinsèque ou vieillissement chronologique
mardi 31 juillet 2012 par Michel Démarchez

Le vieillissement   de la peau est un processus physiologique normal génétiquement programmé mais qui peut s’accélérer à la suite de la combinaison de tous les événements biologiques qui surviennent au cours de la vie. Il est donc très dépendant de nos comportements et nous ne sommes pas tous égaux face au vieillissement de la peau.

Le vieillissement de la peau résulte de deux processus biologiques différents qui peuvent être concomitants : le vieillissement intrinsèque lié au passage du temps et le vieillissement extrinsèque influencé par des facteurs environnementaux, les plus connus étant l’exposition aux UV  , la pollution atmosphérique, la consommation de tabac, l’abus d’alcool, et la malnutrition.

Le vieillissement intrinsèque   ou vieillissement chronologique est un processus lent dépendant du temps et du bagage génétique de chacun qui aboutit à des changements dans la structure et la fonction de la peau.

Les causes majeures du vieillissement intrinsèque sont :

Ainsi, chez la femme, le vieillissement chronologique s’accélère à la ménopause en raison de la carence en œstrogènes  .

JPEG - 140.4 ko


Le stress oxydant cutané

samedi 16 juin 2012 par Michel Démarchez

L’oxygène est au centre d’un paradoxe car d’une part, il est un élément essentiel pour la vie et, d’autre part, il génère des composés, les espèces réactives de l’oxygène   (en anglais : ROS= Reactive Oxygen Species), également dénommées dérivés réactifs de l’oxygène (DROs), qui participent à des réactions d’oxydation physiologiquement indispensables mais qui peuvent, dans certaines conditions, être également nuisibles car elles peuvent altérer les tissus, contribuer à leur sénescence et au développement de maladies telles que le diabète, la maladie d’Alzheimer, les rhumatismes, ou les maladies cardiovasculaires. Pour prévenir les effets délétères dus à ces composés, les organismes vivants ont développé un système de défense très sophistiqué qui, dans certaines conditions extrêmes, peut se trouver débordé.

L’équilibre entre les effets physiologiques indispensables et les dommages induits par les DROs est donc particulièrement fragile. On parle de stress oxydant   ou stress oxydatif lorsque se produit un déséquilibre en faveur d’un excès de molécules pro-oxydantes avec des effets délétères sur l’organisme par rapport à l’activité des systèmes de défense anti-oxydante.



L’élastine

mercredi 29 février 2012 par Michel Démarchez

L’élastine   est la protéine responsable de l’élasticité des tissus des vertébrés. C’est l’élastine qui confère aux fibres élastiques   du derme   leur élasticité et leur résilience et permet à la peau de reprendre sa position d’origine quand elle est pincée ou étirée. C’est un polymère insoluble synthétisé à partir d’un précurseur soluble appelé la tropoélastine par réticulation de résidus lysine grâce aux lysyl oxydases. Elle est très difficilement dégradable et fait partie des protéines les plus résistantes de l’organisme. En conditions physiologiques, le renouvellement de l’élastine est quasi nul. La demi-vie de l’élastine est estimée à 70 ans. Lors du photo-vieillissement   de la peau, l’élastine est altérée et est intégrée dans du matériel élastotique caractéristique de l’élastose solaire.

JPEG - 119.6 ko
Marquage par immunofluorescence indirecte de l’élastine dans une coupe de peau humaine issue d’une région peu exposée au soleil d’un lifting du visage.
L’élastine apparait en vert et les noyaux des cellules en orange en raison d’une contre coloration à l’iodure de propidium. Dans cette peau issue d’une région peu exposée au soleil, on observe que les fibres élastiques apparaissent sous la forme de fines fibrilles.


L’acide hyaluronique/hyaluronane

jeudi 26 janvier 2012 par Michel Démarchez

L’acide hyaluronique   ou hyaluronane est une chaîne linéaire non ramifiée formée d’unités disaccharidiques répétitives d’acide D-glucuronique et de D-N-acétylglucosamine. Sa masse moléculaire peut atteindre 107 daltons. Sur ce polymère peuvent se fixer une centaine de protéoglycannes sulfatés, formant ainsi des structures supramoléculaires de taille considérable qui peuvent capturer de grandes quantités d’eau et d’ions permettant ainsi de préserver l’hydratation et la turgescence de la peau.

Environ 50% de l’acide hyaluronique total de l’organisme se trouve dans le derme   et le derme papillaire est plus riche en acide hyaluronique que le derme réticulaire. L’épiderme   contient également de l’acide hyaluronique qui est donc synthétisé par les fibroblastes   et les kératinocytes  . Le versican   est capable de s’associer à la fois à l’acide hyaluronique et aux microfibrilles des fibres élastiques  , la fibrilline-1   et les fibulines 1 et 2 et permet ainsi une co-distribution des fibres élastiques du derme et de l’acide hyaluronique.

En cosmétique, l’acide hyaluronique entre dans la composition de crèmes, gels, masques, laits, sé-rum, principalement en raison de ses propriétés hydratantes. L’acide hyaluronique est également utilisé en médecine esthétique comme produit de comblement des rides.



Les autobronzants

jeudi 15 décembre 2011 par Michel Démarchez

Les autobronzants permettent d’avoir un teint halé sans s’exposer au soleil. Ils répondent à la demande des consommateurs d’avoir le teint bronzé, à tout moment de l’année.



Les cellules souches

mercredi 2 novembre 2011 par Michel Démarchez

Une cellule souche est une cellule présente dans les organismes pluricellulaires qui a pour propriété :

  • de pouvoir s’autorenouveler pour produire d’autres cellules souches
  • de pouvoir se différencier en différent types de cellules spécialisées

Elle peut être totipotente, pluripotente, multipotente ou unipotente. Selon leur origine, on distingue des cellules souches embryonnaires  , foetales, amniotiques, ou adultes. Plus récemment, des cellules différenciées ont été reprogrammées en cellules souches pluripotentes induites   (iPS) ou directement transdifférenciées en des cellules différenciées d’un autre type (= cellule différenciées induites).

JPEG - 69 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1086220

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 13